Happés par la métro-sexualisation ambiante, de plus en plus de boloss se targuent d’être de fins gourmets. Mais arrêtez, putain.

On le connaît tous, ce pote. Ce mec qui ne veut jamais bouffer au Mac Do, ni même un sandwich. Non, lui il veut se poser, manger des produits de saison, faire de chaque repas un voyage, alors que toi tu as juste la dalle. Ce mec là est infernal. Se targuant de posséder connaissances et compétences gastronomiques, il part régulièrement dans des palabres improbables avec le serveur, qui a trouvé son relou du jour. Il veut son vin à température, demande l’origine des produits, commente le contenu de son assiette tel un expert tatillon. C’est insupportable.
C’est peut-être la faute de toutes ces émissions de cuisine, et de leur jargon grotesque (un truc frit est désormais « snacké », et un plat qui manque de sel manque de « caractère ») ou de la nécessité ressentie de mettre en avant leur pseudo -sensibilité, mais en tout cas la bouffe a la côte chez les peigne-culs.
Combien de mecs, désormais, sont trop fiers de savoir cuisiner, de maîtriser certaines recettes compliquées sur le bout des doigts ? Des centaines de milliers. Ils considèrent ça comme le comble de la sophistication, se félicitant inconsciemment d’avoir transcendé les rapports hommes-femmes au point de passer des heures aux fourneaux…
Evidemment, cuisiner ne saurait être réservé aux femmes. Et les mecs ne sont pas tenus de ne bouffer que de la merde non plus. Ce n’est pas la question. Mais de la à en faire un vrai centre d’intérêt revendiqué, il y a un monde.
Quelqu’un a dit : il faut manger pour vivre et non pas vivre pour manger.
Ainsi à cet ami qui s’égare, qui se prend tour à tour pour un chef étoilé ou un critique gastronomique, nous disons stop. Calme-toi. Ce qui était au départ une éventuelle plus-value pour serrer des meufs est en train de faire de toi une vraie fiotte. Ton comportement de pseudo-esthète, d’épicurien à la petite semaine, te rend prétentieux et maniéré.
Avant, c’était la déco. Maintenant, la cuisine. Et quelle est la prochaine étape ? La couture ? Bientôt, tu seras content de savoir broder un canevas ? Assez. Ta virilité en prend un grand coup, et tu ne t’en rends même pas compte.
Car après tout, les filles aiment-elles les mecs qui cuisinent ? Rien n’est moins sûr. Une fois de temps en temps, pour le geste, c’est marrant. Chaque homme sait au moins faire un truc, et quand il s’y met, cela relève de l’événementiel. Mais devenir le patron de la cuisine, acheter des trucs bio, et les mitonner tel un cordon bleu de bazar, c’est juste déprimant. Surtout que ça te coûte de la maille et que ça te prends du temps, ces conneries. Alors que tu pourrais être peinard en train de boire une bière devant la télé, jetant un nonchalant « Qu’est-ce qu’on mange? » à ta meuf quand tu la croiseras…C’est bien plus naturel, et aussi moins fatiguant.

Allez, bonne chance.




© Copyright 2012 JOOKS.
All rights reserved.