Se retourner sur une fille et s’apercevoir que c’est un enfant, ça nous est tous arrivé. Et c’est badant.

C’est le coup classique. Vous êtes assis, peinard, dans le métro ou dans un café, et voilà qu’une fille s’installe dans votre champ de vision. Toujours sympa, d’autant plus qu’elle est mignonne. Visage de qualité, cheveux bien lisses, bon style, il n’en fallait pas plus pour que vous entamiez un vague jeu de regards et de sourires à son endroit. Sauf qu’en y regardant bien, vous vous apercevez qu’il y a comme un souci. C’est une gamine. Et merde. Gêné, vous mettez immédiatement fin à votre petit manège, et commencez à vous poser des questions.
Pourquoi votre cerveau ne vous-a-t-il pas indiqué avant que vous étiez sur le mauvais chemin, ce fou ? Quel âge a-t-elle ? 14 ? 15 ? 16 ans ? En tout cas, elle est underage, ça c’est sûr. Et voilà que vous vous retrouvez dans la peau d’un gros dégueulasse alors que vous n’aviez rien demandé à personne. Mais alors, c’est vous ou c’est elle, le problème ?
Aucun des deux, probablement.
Honnêtement, on ne peut pas mettre ça sur le dos de la soi-disant ultra-sexualisation des ados de nos jours, etc… Cette petite ne portait pas de mini-jupe ni de décolleté, elle était habillée et se comportait normalement. Mais c’est bien ça, le truc. Les teens ne sont-il pas sont censés s’habiller comme des teens, avec le sac à dos eastpak badgé, les boutons sur la gueule et les baskets un peu loose, pour qu’on les identifie comme tels ? Normalement si, mais elle, elle était sapée exactement comme n’importe quelle meuf de 25 ans, ce qui est piégeux, il faut l’avouer. C’est le phénomène de la femme-enfant, mais à l’envers. Cet enfant-femme se coiffe, se vêtit et se comporte comme si elle avait 10 ans de plus. Pourquoi ? On ne sait pas, mais c’est comme ça.
Après, il y a un truc qu’il faut aussi avouer. On peut trouver une fille de 14 ans jolie. Ca existe, même si la morale, la bienséance et même la loi déconseillent de le verbaliser. Qui ne s’est jamais dit en voyant une gamine : « Tiens elle sera pas mal, elle, plus tard » ? Pas vous ? Menteur.
Ça ne fait pas nécessairement de vous un sadique, c’est esthétique comme approche, pas sexuel. L’industrie de la mode, par exemple, ne se pose plus ce genre de questions depuis longtemps, et met en avant la beauté adolescente depuis toujours. Ce qui probablement, nous conditionne aussi un peu.
Par contre, si une fois le constat posé de son trop jeune âge, vous n’êtes pas freiné dans vos ardeurs ou moralement gêné, là c’est vous qui avez un souci.
Un conseil: l’opinion publique, bien que parfaitement consciente de ce qui se passe (aussi bien dans la tête des hommes que dans celle des jeunes filles), est très chatouilleuse sur le sujet. Ainsi, ne vous avisez jamais de dédramatiser la question en public, même devant vos potes, qui s’avéreront souvent étonnement « judgmentals » sur le sujet. Sans doute parce qu’eux-même ne savent plus trop, parfois, plus sur quel pied danser…

Bonne chance!




© Copyright 2012 JOOKS.
All rights reserved.