Autrefois uniquement prisé des renois, le fast food spécialiste du poulet frit veut toucher un public plus large. Peine perdue.

Bon, déjà, emmener une meuf dans un fast food ou au kebab, ça peut sembler un peu limite, de prime abord. En même temps, la vie à deux n’est pas composée que de rendez-vous galants et de moments de prestige, merde. Et aussi fille soit-elle, elle a parfois sûrement envie de se faire peter le bide à la junk food de temps en temps, ce qui est bien naturel. Les filles aiment bien le mac do (voire le Quick) à l’occasion, on le sait, surtout en gueule de bois. Mais qu’en est-il du KFC ? Ce fast-food très américain, aussi bien dans son intitulé et dans son esthétique que dans la nourriture qu’il propose, peut il convenir d’une façon ou d’une autre à un estomac féminin ? Il semblerait bien que non. Déjà, le poulet frit, ce n’est pas exactement la tasse de thé de ces dames. Aliment gras et prétendument mauvais pour la santé, rien que son évocation semble leur inspirer dégoût et répulsion. Ce n’est pas exactement une question d’hygiène, mais plutôt d’hygiène alimentaire.
Car de tout temps, la politique de la maison du Colonel Sanders a toujours été bigger is better. Ici, pas de petit burger équivalent au cheese de chez Macdo, le moindre sandwich pèse au bas mot dans les 300 grammes. Et le produit phare de l’enseigne est le fameux Colonel’s Bucket, un seau de pièces de poulet gigantesque, plus formaté pour sustenter un rappeur obèse de Brooklyn qu’une petite minette à ballerines. En gros (c’est le cas de le dire), chez KFC, on ne fait pas dans le raffinement. Pour preuve, c’est sûrement le seul fast food qui propose à la vente de grandes bouteilles d’Oasis ou de Pepsi pour arroser ses mets indélicats, en plus des traditionnels sodas au verre.
Et puis il y a l’ambiance. Il faut bien l’avouer, c’est un peu roots là-dedans. Peu de femmes, en tout cas de celles qui nous plaisent, mais plutôt des bandes de cailleras qui se sucent les doigts, des bledards, voir quelques marginaux qui traînent. Même le personnel semble mal formé, et est lent et peu amène. Et de là à dire que c’est dégeulasse, il n’y a qu’un pas que nous franchirons. La raison est simple : au mac do, tout le monde ramène son plateau dans le truc pour le vider, mais chez KFC, l’ambiance délétère qui règne pousse généralement à laisser son plateau couvert d’os de poulet sur la table plutôt que de se faire chier à le vider. Va savoir pourquoi, sans doute l’envie d’aller se griller un gros joint et la désagréable impression de s’être fait empoisonner prime sur le bon esprit. De toute façon, le seul mec chargé de faire régner un semblant d’ordre là-dedans est déjà occupé à virer un clodo qui mendiait une wing en salle. Alors si vraiment, vous êtes fan de l’enseigne, prenez à emporter, et faites un crochet par le japonais pour votre go, c’est bien plus raisonnable. Bonne chance!




© Copyright 2012 JOOKS.
All rights reserved.