Emportés dans notre élan, c’est une petite fantaisie que l’on s’autorise souvent. Mais qu’en pensent les filles?

Ah, la levrette . Position préférée des hommes, et peut-être des femmes aussi, elle garde un charme animal tout particulier, un côté très « wild sex » qui fait que tout le monde aime ça, à priori.
Et quand on est vraiment chaud, il y a un truc que l’on se permet souvent, un petit dérapage pas méchant, c’est de balancer quelques claques bien senties sur le postérieur de la meuf. Pourquoi ? On ne sait pas. C’est comme ça, c’est instinctif , c’est une envie, un peu comme de lui tirer les cheveux ou de lui mettre les doigts dans la bouche.
Bon parfois, on hésite un peu, quand même. Va-t-elle mal le prendre, se formaliser ? Ca serait dommage de plomber l’ambiance pendant un si beau moment.
Clairement, il paraît déplacé, même aux plus bourrins d’entre nous, de se permettre ça dès la première fois. Sauf peut-être si on est très alcoolisé, ce qui donne une bonne excuse à être un peu foufou, ou à moins que ce soit réclamé, bien sûr. Ou encore en cas de rapport avec une professionnelle, de type prostituée ou pornstar.
Mais qu’en pensent les filles de la vraie vie ? Trouvent-elles ça avilissant d’être claquées à la croupe comme une jument un peu trop lente, ou au contraire, excitant ? Marie, 23 ans et ouverte d’esprit, n’en fait pas tout un plat : « En fait, ça m’amuse. C’est marrant. Le sexe, ce n’est pas la vie, on est la pour se faire plaisir, pas pour jouer les mijaurées. » Bon esprit.
Julia, 29 ans, est toute aussi souple : « Je trouve ça excitant, c’est un jeu, c’est tout. Mais il faut que ça soit avec mon mec, pas avec un mec de passage. Là je peux me vexer. » Intéressant, également. Quant à Maud, 22 ans, elle se contentera juste de nous répondre avec un sourire : « J’adore .»
En fait, nous n’avons pas trouvé de filles qui étaient vraiment contre le principe. Mais elles soulignent toutes plus ou moins la même chose : il faut que ce soit proposé au bon moment, passé un certain degré d’excitation, pas dès le début.
Ensuite, il ne faut pas que ça soit douloureux. C’est plus un truc symbolique que vraiment sensoriel, cette histoire de spanking. Après , on n’est pas à l’abri de tomber sur une meuf maso, mais la, c’est encore une autre histoire.
Autre point souligné par ces dames : c’est à faire avec parcimonie. Trois, quatre, maximum cinq slaps, mais pas plus. Ca va quand même, mollo.

Forts de ces avis, nous conclurons en disant qu’il faut le faire si on le sent bien, si on est dans le bon rythme, dans le bon flow. Et que si la meuf le prend mal, c’est probablement que c’est une relou, voir pire, une féministe. Dans ces cas-là, mieux vaut probablement aller fesser le cul de quelqu’un de plus relax.
Bonne chance !




© Copyright 2012 JOOKS.
All rights reserved.