Et sans se faire déchirer, de préférence.

Ah, le plan à trois. En voilà un fantasme bien répandu chez les mecs, et qui contrairement à d’autres, n’est pas le plus difficile à matérialiser.
Seulement, il faut ruser un peu.
Passons outre la partie fine avec deux inconnues, qui bien qu’idéale, relève plus du miracle qu’autre chose. Ça arrive, les miracles, mais bon, à moins d’être très beau ou très connu, ça a quand même peu de chances de tomber sur vous.
Ce constat tristement réaliste à beau être posé, vous ne vous y résolvez pas. Il faut que vous y goutiez, au moins une fois. Vous ne voulez pas crever sans avoir baisé avec deux meufs en même temps. C’est bien légitime, et vous y avez droit comme tout un chacun. Et vous ne voulez pas payer pour ça, évidemment.

Il reste donc l’option de faire ça avec votre copine, et une partenaire surprise. C’est jouable, même si on marche sur des œufs avec ce genre de trucs. En effet, en fonction de son ouverture d’esprit et de son goût pour le sexe, il faut choisir la méthode appropriée pour amener ça sur le tapis.
C’est qu’elle pourrait se vexer, la gamine, à grand renfort d’arguments-massue comme « je ne te suffis pas », « tu veux coucher avec une autre », etc…
Elle n’a pas tort, mais ça ne se dit pas, ces choses-là.
Si elle a le mauvais goût de dire d’accord pour un plan à 3, mais avec un autre mec, coupez court à la conversation. A moins d’être résolument libertin, vous allez vous faire mal, à jouer à ce petit jeu, et de fil en aiguille vous pourriez bien devenir le dindon de la farce. Non, non on parle bien ici d’un MFF (male-female-female), comme on l’appelle dans le jargon spécialisé, et pas d’autre chose.
Faut pas déconner, non plus.
Première question, faut-il mieux faire ça avec une fille connue ou inconnue ? A priori, ça serait encore plus excitant avec une copine à elle, sur laquelle vous lorgnez depuis un moment, mais il peu probable que votre copine accepte ça.
Si elle se livre à ce petit jeu, ça sera probablement en sous-marin, en secret, comme un coup de folie.
Car les meufs adorent l’interdit, c’est bien connu. Et la votre n’échappe certainement pas à la règle, ne vous y trompez pas.
Même si ça ne l’excite pas forcément dans les faits, c’est le principe de faire un truc nouveau, vaguement déviant, qui peut la pousser à accepter. Les meufs sont comme nous, elles ne veulent pas mourir idiotes. Ainsi, à l’occasion d’une soirée alcoolisée, jetez ça sur le tapis, comme ça, sans prévenir. Ce genre de trucs ne se prépare pas, plus on en parle en avance, moins cela a de chances d’arriver. Cela doit être surprenant, spontané, une sorte de coup de chaud qui pourrait bien porter ses fruits.
Ainsi, désignez lui une fille qui vous plaît et glissez lui que vous rêveriez de la voir la lècher. Et oui, jouez sur le postulat, sans doute un peu bidon, qu’en toute fille il y a une gouine qui sommeille. Surtout, surtout, mettez en avant son plaisir à elle, présentez les choses quasiment comme un cadeau que vous lui faites, n’évoquez jamais votre cas personnel. Surtout que cela va être à elle de bosser, si elle est partante. Parce que cette jolie brune, elle, ne sait encore rien de vos diaboliques desseins, et il va falloir la convaincre. Et ça, ça ne se fera pas sans votre copine, qui va devoir charbonner un peu pour que les choses se passent.

Miser sur son envie d’une première expérience lesbienne est vraiment le bon calcul pour se dédouaner. Une fois dans l’action, il sera bien temps de vous mêler à leurs ébats, ne vous inquiétez pas. Ne brusquez pas les choses. Au pire, l’inconnue ne voudra pas que vous la touchiez, et vous serez peut-être contraint d’assister à la scène sans intervenir, ce qui est déjà chanmé, et bien plus émoustillant qu’une énième baise à la papa-maman. Et on ne pourra pas vous interdire de vous astiquer un peu.
Un dernier conseil : pendant l’acte, répartissez de façon égale vos efforts et votre attention, ne privilégiez surtout pas la nouvelle. Là encore, comme dans tout truc border line, on n’est jamais à l’abri d’un scandale.

Bonne chance !




© Copyright 2012 JOOKS.
All rights reserved.