LES MECS FÉMINISTES SONT-ILS DE PAUVRES CONNARDS ?

Et que cherchent-ils vraiment ?

De plus en plus de femmes se revendiquent « féministes », actuellement. Ce combat peut prendre des aspects assez variés, en fonction de la personnalité, des convictions et des motivations de chacune.

Bon. A défaut de cautionner, on peut comprendre le pourquoi de la démarche: patriarcat archaïque, agressions sexuelles, différences salariales, violences faites aux femmes, autant de justes raisons pour elles de défendre leur cause et leur bifteck. Chacun joue sa partie, c’est normal.

Leur combat, s’il n’est pas dénué d’incohérences et de paradoxes dans son application, a également hélas des effets secondaires assez désagréables pour nous les mecs: à savoir la détestation des hommes et de leurs supposées méthodes, dans leur globalité. Ce qui est plutôt dégueulasse pour les 90 % de mecs réglos, qui jouent le jeu classique de la séduction, qui ne considèrent pas nécessairement les femmes comme des putes ou des boniches, et qui d’ailleurs trouvent aussi que les mecs qui se comportent mal sont des grosses merdes.
On le répète, c’est le cas de l’immense majorité des mecs.
Aussi déplaisant cela soit-il à entendre pour toutes ces femmes drapées dans leur dégout systématique. Mais c’est ainsi.
Et cette immense majorité silencieuse est hélas la plus agressée par toutes sortes d’insinuations, d’accusations généralisées, établies en fonction des actes d’une poignée de loques humaines.
Parce qu’à priori,
 les mecs qui sont assez tordus pour agresser les meufs ne vont pas changer de comportement à cause d’une vidéo d’une bloggueuse féministe à bandana sur Konbini. Non, le culpabilisé, c’est bien ce pauvre gars qui n’a rien demandé, qui allume son Facebook au taf le matin et qui se voit qualifier de misogyne et de salaud parce qu’il a eu le mauvais goût de naître avec une teub.
Mais bon, c’est ainsi. Ce sont les dommages collatéraux de la lutte, on s’en remettra. Tels des sages sceptiques mais dignes, on observera donc en silence et en retenue les féministes de tout poil mener leur combat contre les porcs, en leur souhaitant bonne chance.
On ne peut objectivement rien faire d’autre.
Va essayer de dire à un pote un peu limite de mieux se comporter avec les meufs, il va te rire au nez le gars.

Mais il y a une catégorie de mecs qui va plus loin.
Souvent de gauche ou d’extrême gauche, se considérant comme intello et progressiste, ils embrassent à pleine bouche toutes les causes qu’on leur a vendu comme justes, quelles qu’elles soient.
Et ainsi, plus royalistes que le roi,  ces « hommes » de se proclamer féministes, à leur tour !
Génial.
Et alors l’enfoiré de venir nous faire la morale, en nous disant comment élever nos fils, comment nous comporter, et comment c’est dégueulasse ce qui se passe, et bla bla bla.
Alors déjà, de quoi je me mêle? On t’a causé à toi?
C’est vraiment le degré ultime du babtou fragile moralisateur, quand on y pense.
Même les vraies féministes ne peuvent pas blairer ce genre d’opportunistes.
Elles tiennent d’ailleurs des A.G non-mixtes, pour éviter ce genre de récupération chelous.

Mais pourquoi le gars fait-il ça ?
Deux raisons semblent plausibles:Sweat coin-coin

Effectivement, il est possible que le gars prenne ce virage parce que lui-même se sent plus proche des femmes. Certains le verbalisent ouvertement d’ailleurs. Ils se vantent de mieux s’entendre avec les meufs, qu’ils estiment plus sensibles, plus subtiles, plus sensées. Dégoût de la testostérone et de ses répercussions comportementales, allergique au virilisme sous toutes ses formes, intolérance à la violence et à la douleur physique, etc… Socialement et anthropologiquement, le gars est effectivement plus proche d’une femme que d’un homme.

Mais pour autant, il n’est pas gay. Non il est bien hétéro, ce qui nous amène à la deuxième cause possible de sa prise de position jusqu’en boutiste:  il y a fort à parier que s’il adopte cette démarche inconvenante pour ses pairs, c’est aussi dans le but de passer pour un mec smart, ouvert, intelligent. Et donc de baiser plus, tout simplement.
Encore une fois, chacun joue sa partie. Mais celle-là est vraiment pathétique. D’ailleurs les seules à tomber dans ce panneau grossier ne sont probablement pas les vraies militantes, mais les pseudo-féministes de bazar d’Instagram…

On le répète, toujours se méfier des mecs qui font passer les meufs avant les potes. Ils sont sournois. Souvent, on découvre à postérirori que ces mecs sont en réalité les plus pervers, du genre à s’astiquer pendant des plombes sur du porno dégueulasse et à venir dénoncer ensuite les conditions de travail dans l’industrie en question. 

Madeleine Alright a dit un jour: « Il y a une place spéciale réservée en enfer pour les femmes qui ne s’aident pas entre elles. » 

Et si c’était pareil pour les hommes?

Allez, bonne chance à eux.

ps: Rejoins-nous vite sur insta, on s’y marre bien !