Oubliant toute notion de dignité, certains ont opté pour ce mode de transport. On avait dit non, pourtant.

Là, on ne peut plus parler de mauvais choix. Mais vraiment d’insulte. D’insulte aux autres, d’insulte envers soi-même.
Alors que pour circuler en ville, moult moyens ont été conçus à travers les âges, certains peigne-culs trouvent ça « sympa » de se déplacer en trottinette sur nos trottoirs. Mais pourquoi ? Quel est le cheminement intellectuel qui mène à ça?
Cet objet est destiné aux enfants, tout le monde le sait, même eux. Et se déplacer avec ça donne immédiatement l’air d’un mongolien, personne ne peut le nier. Et pourtant, ils sont contents, avec leur machin. A voir leur air satisfait, on croirait presque qu’ils vivent ça comme une sorte de pied de nez aux convenances, à l’ordre établi. Mais comment leur expliquer ? Ce n’est même plus régressif, ni original, c’est juste honteux. Quelle est la prochaine étape de ce processus grotesque? Les moufles attachées par des élastiques aux manches du blouson pour ne pas les perdre ? Allons. Il faut arrêter. Même les détestables roller blades ou autres snake boards, vagues phénomènes de mode de ces dernières décennies, ne donnaient pas de telles envies de meurtre.
Mais alors, qui fait ça ? Et bien, c’est là que cela devient dramatique. Il n’y a pas de profil type d’utilisateur. Cette chose ne semble pas être l’apanage d’une bande de farfelus soucieux d’exister dans le paysage urbain, non.
Ainsi, de voir de jeunes cadres en chemisette, des quarantenaires qui se targuent d’avoir gardé leur âme d’enfant, des mecs normaux, rouler là-dessus, peinards. Mais merde, les gars. Même mon cousin attardé mental n’oserait pas. Et vous, vous êtes là, à vous afficher sans scrupule sur votre engin. Pour essayer de comprendre, nous avons interrogé Matthieu, jeune trentenaire normalisant, qui trottine dans son quartier. « C’est pratique, parce que tu peux la plier et l’emmener avec toi partout, impossible de se la faire chourer ». Et c’est tout ? C’est ça, l’idée ? Mais fais du skate, connard, dans ce cas-là ! Au moins ça avance, et tu auras l’air d’un ado attardé,certes, mais pas d’un enfant coincé dans un corps d’adulte…
Au fait, avez-vous déjà essayé de faire de la trottinette ? C’est de la vraie merde, tout simplement. C’est presque aussi fatiguant que de marcher,et c’est anti-pratique au possible. Et pourtant ça existe, ça se vend. C’est à n’y rien comprendre. Comment ça se passe avec les meufs? On peut les emmener faire un tour?
Bon, si jamais l’envie vous venait de faire l’acquisition de cette saloperie et que vous avez plus de 8 ans, nous n’avons qu’un seul conseil: faites-vous suivre. Consultez.
Car vous avez probablement quelque chose de non-résolu en matière d’amour-propre.
Bonne chance!




© Copyright 2012 JOOKS.
All rights reserved.