Et si c’était eux, les vrais terroristes ?

Vous vouliez juste pisser un coup avant de vous remettre au boulot.
Mais alors que, jusque là, vous étiez plutôt d’humeur constructive, vous avez été frappé de plein fouet.
Fauché en plein vol par la maladie. Mais pas par la vôtre.
Le verrou des chiottes à peine fermé, vous avez immédiatement compris ce qui se tramait dans le coin. Et pour cause : une insoutenable odeur de merde fraîchement démoulée règne dans cet habitacle.
Parfois, dans le pire des cas, une crotte oubliée par la chasse d’eau flotte encore à la surface. Souvent, il fait chaud, aussi. Si vous touchez la cuvette, vous réaliserez qu’elle est encore tiède. Pas de doute : quelqu’un vient juste de couler un bronze, ici même.
Pris de spasmes, de nausée, tenu de réagir vite, vous avez désormais deux choix qui s’offrent à vous.
Le premier, à priori le plus sage, s’extraire sur le champ de cet enfer sur terre. Sortir de ce prolongement extramuros du ventre en putréfaction de ce collègue diabolique, et respirer de l’air normal et frais, au plus vite.
On ne sait jamais, vos vêtements pourraient être imprégnés, comme au kebab. Et si par malheur, quelqu’un attends son tour derrière vous, dédouanez-vous immédiatement en le prévenant. Le comble serait qu’il croit que c’est vous !
Sinon, si votre envie est trop pressante, passer en apnée. Ne pas respirer par le nez, peut-être fermer les yeux aussi, et essayer de prendre de la distance avec le drame qui est en train de se jouer. Mais dans tous les cas, c’est rageant.
Qui fait ça ? Pourquoi ? Au début, vous avez pensé à quelqu’un de passage, sujet à de sérieux embarras gastriques, peut-être un freelance ou un coursier ?
Mais non, il faut vous y résoudre : c’est bien un de vos collègues qui pose sa pêche sans vergogne au bureau, généralement en milieu de matinée, après la première pause café-clope, qui on le sait laisse souvent peu de temps pour s’organiser. L’enfoiré. Si c’est un mec, c’est peut-être qu’il vit en couple et que chier discrètement chez lui n’est pas aisé ? Il n’empêche que ce n’est pas correct. On n’est pas chez ta mère, cousin. Le gars a sûrement prit son temps, peut-être même qu’il s’est lu un petit article sur lequipe.fr, tranquille le chat?
Si c’est une meuf, c’est difficile. Odeur de merde et féminité ont rarement fait bon ménage. Mais laquelle ? Oui, laquelle de ces connasses pomponnées a-t-elle la mort dans le ventre à ce point ? Mieux vaut ne pas la savoir, à vrai dire. Ça vous en dirait bien trop long sur ce que l’être humain peut devenir quand son anonymat est assuré.
Alors, un conseil : plutôt que de vous lancez dans une chasse à l’homme, ou à la femme, faites pareil. N’hésitez plus, il n’y a pas de raison que vous soyez le seul con à déféquer au café d’en bas pendant que les autres se régalent.
Et restez corporate : Pourquoi ne pas demander à la DRH l’achat d’une bombe désodorisante, par exemple ?
Allez, bonne chance.




© Copyright 2012 JOOKS.
All rights reserved.