DÉGUEU: LA PETITE SACOCHE DE CAILLERA.

Evidemment, c’est non.

Selon les chercheurs, c’est au milieu des années 2000 qu’on a vu apparaître ce petit accessoire de mode d’un goût franchement douteux. A l’époque, on avait acté la disparition de la fameuse et pratique banane, souvent de marque Lacoste, du look des mecs de la rue.
Mais les gars se sont retrouvés emmerdés. Contrôlés par la police plusieurs fois par jour, ils avaient besoin d’un endroit pour ranger leur papiers d’identité. Ainsi que leur clefs, leur ipod avec du Rohff dedans, leur téléphone Startac, et éventuellement, leur shit et des feuilles. Moult objets petits, mais indispensables pour la survie en milieu urbain.
Et allez savoir pourquoi, ils ont donc opté pour cette petite besace en matière synthétique, fine et à porter sur le côté. Si effectivement, elle s’est révélée bien commode, elle est parfaitement à chier sur le plan esthétique, il faut l’avouer.
A mi-chemin entre le sac à main et la gaine de revolver, et pas loin non plus de la pochette ultra-fine qu’on porte autour de son cou et sous ses vêtement dans les pays dangereux.

Surtout que l’objet relève généralement d’un look global. A 90 %, le mec qui porte çà porte aussi une casquette à l’envers, mais juste posée sur son crâne. Pas enfoncée. Sur le couvre chef comme sur la sacoche, des imprimés, allant du sigle Vuitton à des créations de mauvais graphistes tendance street. Mais après tout, on pardonne tout aux cailleras, qui ne nous chourent pas nos meufs et font bien ce qu’ils veulent, puisqu’ils sont les individus les plus dangereux de toute la rame de métro.

Mais là où l’inquiétude grandit, et où l’on se doit d’intervenir,c’est quand on constate qu’une certaine frange de mecs, bien plus normatifs, se sont emparés de l’objet.
Alors on va le dire directement : c’est non.
C’est poubelle.
Cette merde est un repoussoir anti-meuf.
Déconnez pas.

Allez, bonne chance.