BOLOSS: CES GENS QUI CRITIQUENT FACEBOOK SUR…FACEBOOK.

On se calme, les lanceurs d’alerte.

C’est le nouveau cheval de bataille du moment des indignés de service du web: leurs « données persos ».
Précieuses informations qu’il conviendrait de dissimuler, pour ne pas devenir une victime consentante du système, des GAFA, etc… Leur souci, cette fois? Le méchant Facebook aurait vendu les données de ses utilisateurs à une certaine société nommée Cambridge Analytics.
Oh la la. Pas bien. Inadmissible! Dangereux!
On se détend, les podemos.
Déjà si vraiment ça vous tracasse à ce point, qu’est-ce que vous foutez encore là ? On atteint en effet le paroxysme de l’absurde avec ces gens qui dénoncent Facebook sur Facebook. Ou qui ont l’impression d’effectuer un acte de rébellion inouï en nous annonçant qu’ils vont bientôt quitter le réseau. Mais pas tout de suite, bientôt, t’as vu.
Mais absolument. Casse-toi. Tout le monde s’en branle, à vrai dire.
Et ce n’est certainement pas le débat qui s’en trouvera perdant, vu comme tu pisses dans le sens du vent de façon prévisible et systématique. Évidemment, en ne nous épargnant jamais tes poncifs digitaux les plus démagos :  #jesuischarlie, #metoo #deletefacebook, etc… Et au passage, 10 balles que tu reviens dans les 3 mois avec un nouveau compte.

Concernant l’affaire des données vendues, le scandale résiderait dans le fait que Facebook s’enrichirait sur notre dos.
Mais lol.
Tu crois qu’ils sont là pour quoi, en fait? Pour t’aider à avoir des nouvelles de ton pote Grégoire de 4ème B ? Que Facebook c’est un service d’état ? Arrête, gros. Ils sont la pour faire de l’oseille, tout comme Google qui n’est pas vraiment là pour t’aider à trouver des choses sur internet, ni Uber pour t’aider à te déplacer.
Ce sont des sociétés à but lucratif, t’es au courant de ça?
Et te rappelles-tu même que personne ne t’oblige à les utiliser?
C’est pas la SNCF ou la CAF ici, si t’es pas content tu bouges et on en parle plus, mais arrête de nous fatiguer.
Même message pour ces médias qui pleurent sur le récent changement d’algorithme du réseau. Personne ne vous doit rien non plus, arrêtez de chialer ou barrez vous sur Twitter.

Et pourtant. Malgré ce postulat qui devrait  logiquement conditionner ou modérer leur indignation, tous ces tocards pseudo-informés-crypto-paranos continuent de s’offusquer de l’utilisation qu’on ferait de la data les concernant. D’ailleurs, ils sont même fâchés à l’idée que de la data puisse être constituée sur eux.

Bon, les gars partagent depuis 10 ans tout avec n’importe qui: ce qu’ils lisent, ce qu’ils mangent, leurs copains moches, leurs vacances de merde, mais ils font leurs vierges effarouchées à l’idée qu’on puisse savoir qu’ils ont consulté le prix des billets pour la Thaïlande, un coup de Pornhub et acheté un slip kangourou en ligne…C’est ça tes infos top-secret ? Ah bah bravo.

A les écouter,  ça serait la porte ouverte à des graves dérives futures. Mais lesquelles exactement?
On va te proposer de la pub ciblée? Et alors ? Tu sais, à la télé, la pub est ciblée depuis longtemps en fonction du programme, et ça se passe assez bien .
Tu as peur qu’on puisse suivre tes activités sur la toile, tes fréquentations, tes recherches, etc? Mais pourquoi, au final ? Si tu n’es ni jihadiste ni pédophile, c’est quoi le problème? On constate vite que ces révoltés qui t’affirment que  « tu te rends pas compte c’est grave », (certains inconvenants allant même jusqu’à partager un long message de prévention sur leur wall), dès que tu leur demandes précisément où est le problème, ils ne savent plus trop, en fait. Un peu comme s’ils avaient maté Matrix en VO sans les sous-titres et qu’ils avaient vaguement pigé l’idée, mais pas bien.
Une sorte d’indignation de principe en somme, mais molle et bien peu étayée en vérité.

A toi l’anonymous de bazar, une dernière remarque concernant tes libertés individuelles qui seraient bafouées, ta peur de la surveillance: tu ne saurais ignorer que tu es filmé dès que tu marches dans la rue, que tu rentres dans le métro ou dans un magasin? Que tes achats sont traçables par ta banque en temps réel? Que tu fais tamponner ton passeport dès que tu voyages? Que l’état peut déjà venir chercher de l’oseille directement sur ton compte?  Qu’est ce que tu veux de plus? De quoi as-tu peur exactement?

La vérité, triste ou pas, c’est qu’on s’en branle.
On y est déjà tous, dans la matrice.

Allez bonne chance!

ps: Rejoins-nous vite sur insta, on s’y marre bien !