CES SITES UN PEU DRÔLES QUI DEVIENNENT DES BOUQUINS-

Tout le monde le fait, merde.

Bon, on sait tous (ou pas) comment ça se passe.
Tu as envie de raconter des trucs sur Internet. Alors tu penses à un blog, mais c’est tellement crevard que ça te déprime. Alors tu inventes un nom chelou, pour que cela fasse plus « site », moins page perso.
Tu postes 2-3 merdes, tout le monde s’en branle, et puis un jour, sans trop savoir comment, tu trouves le moyen de faire un petit buzz, un mini-scandale sur la toile.
Evidement tu sautes à pieds joints dans cette brèche.
Et ta petite affaire commence à démarrer gentiment. Un peu de presse, un peu de clics, un peu de likes, c’est bon ça, venez on fait une appli, ouais c’est de la balle.
Et puis après ?
Car comme sur une bicyclette qui tombe si elle n’avance pas, tu te dis qu’il en faut plus. Qu’il faut « capitaliser », que c’est l’essence même du monde dans lequel on vit.
Alors quoi ?
Une marque de fringues avec écrit Jooks dessus? Dégueu.
Un magazine papier ? Poussif.
Un programme court pour Canal ? Faut voir s’il y a des thunes à faire, mais dégueu aussi.
Une traduction dans d’autres langues ? Envahir le marché des States ? Euh…oui, mais demain, j’ai piscine, la.
Et soudain, l’idée de génie.
« Un livre ! Un recueil ! A lire aux chiottes ! A offrir ! Avec des images ! Whouhou ! »
Ivres de bonheur, on a ri, on a chanté, on a bu, on s’est drogués, on a baisé, et puis on est allés voir un éditeur cool qu’on connaît, et qui a dit banco. Chanmé.
Il a bien rajouté quelques banalités, de type « Il faut le sortir à Noël, c’est le cadeau idéal!», ou « Il faudra enlever quelques articles trop crades ».
Ah, il a aussi demandé qu’il y ait des inédits, histoire de.
Ok,ça fait un peu plus de taf, mais c’est de bonne guerre.
Le bouquin sort aujourd’hui, et ça s’apelle « Dans la tête des mecs » chez Allary Editions. Si tout le monde a fait son job, ça devrait être trouvable partout, en ligne ou en magasin.
Il coûte environ quinze balles.
Et nous, on touche a peu près un euro cinquante par livre.
Ca va, on se gave pas de malade, non plus.
Alors voilà, vous offrez-ça au mec pas drôle de votre sœur ou à un pote qui connaît pas le site, et tout le monde est content.

Faites pas vos pinces, c’est Noël, putain.

Merci, et bonne chance.