CAFARD : CES GENS QUI ALERTENT LE CSA

Les gars sont choqués.

Ces derniers temps, une nouvelle pratique de délation semble s’être imposée chez les français les plus cons. Quand un truc ne leur plait pas à la télé, ils le signalent au CSA. Apparement, leur canal préférentiel pour ça serait le réseau Twitter,  terre promise des fouille-merdes en tout genres.

Offusqués semi-professionnels, les gars sont à l’affût du moindre dérapage, du moindre écart de langage ou de comportement, pour réclamer une sanction aux autorités compétentes. Et tels des guetteurs tapis dans l’ombre de leur salon, d’agiter le chiffon rouge dès que quelque chose leur semble de près ou de loin raciste, sexiste, homophobe, etc…

Bon, tout et surtout tout le monde y passe. Avec une petite préférence pour le mâle quinqua, ambiance #balancetonporc oblige, mais pas que.
Rien que sur ces trois dernières semaines, on a vu se faire signaler Ardisson, Tex, Joey Starr, Baffie, la meuf de la Nouvelle Star, et la liste est encore longue. Et au moment même de la rédaction de ces lignes, c’est lors du très beauf concours Miss France qu’est née une nouvelle polémique : la gagnante aurait déclaré que la renoi qui a gagné l’année d’avant avait « une crinière de lionne ». Raciste! Salope! Tu vas voir comment je vais te signaler moi, poufiasse.

Bon, l’idée n’est pas ici de trouver les gens visés drôles, talentueux ou légitimes, la plupart sont nuls à chier, c’est un fait.
Ni même de s’interroger sur le retour de la pensée unique, ou de la dictature du politiquement correct. On n’est pas chez Soral.

Non, ce qui est plus intéressant, c’est de s’interroger sur qui fait ça. Et pourquoi? Vous-même, vous viendrait-il à l’idée de rédiger un tweet rageux parce qu’un animateur a dérapé? Connaissez-vous même quelqu’un qui ferait ça? Bien sûr que non. C’est tout bonnement incroyable, de se faire chier à ce point là.  Mais comment font-ils, ces oufs, pour tout relever ainsi ? Ils regardent tout, ou quoi? Ils se relaient, ils organisent des veilles pour être sûrs de ne pas louper une mauvais blague? Ca fait quand même beaucoup de téloche à se farcir, tout ça.

En terme de morale pure, il y a fort à parier que ces indignés de bazar disent des horreurs dans leur vie privée. Et qu’ils se marrent comme tout le monde sur une bonne blague raciste. Mais bon, c’est souvent la poule qui a pondu l’oeuf qui chante la première.

Alors dans ces conditions, deux options subsistent: soit ils considèrent la télé comme un temple quasi-religieux, qui doit rester aussi pur et propre que l’anus de leur mère, ce qui semble peu probable. Certes, il y a des enfants qui peuvent regarder, mais bon.

Soit en fait, ils n’en ont rien à branler de ce qu’ils dénoncent, et ils ont juste envie de faire chier. Oui, faire chier le monde, ce plaisir gratuit et infini, qu’ils ne se refusent jamais.
Surtout quand c’est anonyme.
Aie.
Ça rappelle de mauvais souvenirs, ça.
On ne va pas se mentir, le français a quand même le gène du collabo bien ancré en lui. L’histoire l’a prouvé, et le prouvera encore: on est aigris, jaloux. On regarde ce que fait le mec plus riche que soi, et on se demande comment on pourrait le baiser. Comment le coincer, ce profiteur, pour qu’il paie un peu pour ma vie de merde à moi?

Et voila, on y est.
Les drapeaux à croix flottent sur la rue de Rivoli.

A noter que que si cette phrase avait été prononcée à la télé, on se mangeait probablement un signalement CSA sur le coin de la gueule.

Bon, et puis quand même sur le fond, on a envie de leur dire de fermer un peu leur gueules quand même. Vous voulez quoi, bande de tristes ? Que toutes les chaînes ressemblent à Public Sénat?
Déjà qu’on se fait chier, venez pas nous enlever les quelques rares moments où on se marre, bordel.

Allez, bonne chance quand même.

 

ps: Rejoins-nous vite sur insta, on se marre bien !