CES GENS À NE PLUS SUIVRE SUR LES RÉSEAUX

Parce qu’il sont chiants, tout simplement.

LE REPOSTEUR FOU : véritable média humain, le gars partage tout. Un clip, un article, un tweet, une expo, peu importe. Tout ce qui lui passe sous les yeux mérite selon lui d’être partagé. Pourquoi ? On ne sait pas trop. On imagine qu’il veut qu’on le prenne pour une personne curieuse, connectée et qui s’intéresse à plein de chose, mais en fait il passe juste pour un chômeur qui passe ses journées à geeker. Mais trop d’info tue l’info. Allez hop, ça dégage.

LE KIFFEUR: A bannir aussi, hélas. Le gars poste régulièrement des photos de ses pieds dans un transat, au bord d’une piscine ou entourés de meufs improbables. Toujours avec un cocktail, ou un verre de rosé à la main. Ou pire, il balance une capture vidéo de la météo de sa prochaine destination, où il fait évidemment chaud et beau. On comprend vite qu’il n’est pas spécialement bienveillant, avec ses phrases comme « Woke up like this..» ou « Pensée pour ceux qui galèrent à Paris MDR ». On ne sait pas vraiment ce qu’il branle dans la vie, mais il passe son existence à droite à gauche, le plus souvent à s’enjailler. Mais on s’en bat les couilles, bordel. Ça suffit, au bout d’un moment, on a compris.Et si c’était bidon? Après tout, si le gars a le temps de poster tout ça, peut-être qu’en fait il se fait chier ? Non, pas du tout. On ne va pas se mentir : son but c’est de vous foutre le seum, et il y arrive. Allez, casse-toi pauv’ con.

LA PUTE: finalement assez inutile et donc exaspérante, telle est le destin de l’exhibitionniste de réseau. En effet, la censure sur les réseaux sociaux combinée à l’offre pornographique disponible ailleurs fait que la michetonneuse lambda n’a aucune plus-value sur votre fil. A part s’afficher comme une personne totalement imbue d’elle-même, qui prend des poses « bitchy », drapée dans un narcissime sexualisant des plus vulgaires. Mais que cherche-t-elle ? Elle a bien quelques « copines » qui lui posent des comments du type « t’es une bombe ma chérie », etc…mais elle n’en a cure. Elle ce qu’elle veut, c’est exciter le mâle. Si la censure n’existait pas, elle finirait probablement par s’enfiler une canette dans la chatte pour faire des likes. Ce n’est ni le lieu ni l’endroit.

LE COMPULSIF. Le gars poste tout, mais surtout n’importe quoi. Un chien dans la rue, ses pieds en train de marcher, un tag, un nuage, une phrase, un selfie, c’est complètement chaotique et surtout très inintéressant. Souvent, ce sont des gens qui ont pas mal de followers et que ça a fait totalement disjoncter. Pas préparés à un tel succès, ils dévissent et croient alors qu’il doivent gaver leurs fans comme des oies. Alors on ne trie pas, on balance la moindre merde qui nous passe sous les yeux, tenez, bouffez ça bande de connards, c’est gratos. Bah non. Respecte moi, c’est pas ton mood-board ici.

LE SPIRITUEL: jamais avare d’un bon mot ou d’une pensée caustique, il innonde votre fil d’actu de ses traits d’esprits. Rarement drôle, souvent gênant, il se croit visiblement très pertinent, et surtout, bizarrement habilité à commenter l’actu sous l’angle de l’humour. Allez savoir pourquoi, il a quand même une petite fan-base de quelques suce-boules, qui likent systématiquement ses saillies, et qui lui donnent de l’énergie pour continuer. Ils ont tort. Persuadé d’être très à–propos, le gars a un avis sur absolument tout, surtout quand on ne lui demande pas. Non, tu n’as pas un don pour le comique d’observation, on te l’a déjà dit.

LE CORPORATE : Le gars relaie absolument tout ce qui se passe dans sa boîte. La moindre collab’, le plus insignifiant petit event, chaque nouvelle sortie de produit… calme toi, gros. C’est pas ton compte Linkedin, ici. On s’en tape nous, du dynamisme de ton agence.

LE POLITISÉ: Le gars est fatiguant. Ce qu’il aime avant tout, c’est communiquer sur des trucs intelligents. Alors régulièrement, il balance un lien, avec une injonction du type « A LIRE. EDIFIANT. » Et tu te retrouves dans un truc super long et relou sur comment s’est créé Daesh ou comment Monsanto est trop méchant. Même lui, qui l’a posté, ne l’a pas lu jusqu’à la fin. Mais peu importe, son leitmotiv c’est de montrer qu’il s’intéresse à de vraies choses, lui, à des problématiques complexes et importantes. Il commente beaucoup l’actu, les primaires, les grands scandales, tout ça, tout ça. Ecoutes, reste sur twitter, tu nous fatigues.

Allez, bonne chance.